Sylvain Lafond

PROGICIELS ERP : Défis et mésaventures

Chapitre 11: Comment réussir son design

Mon dernier blog portait sur les limitations des appels d’offre structurés. Je partageais mes réflexions en associant ce processus au design résidentiel. Une liste de beaux éléments de design ne permet pas nécessairement de concevoir un look réussi. Il faut un concept.

Alors, comment peut-on réussir son design? Les émissions télévisées voulant nous l’apprendre se multiplient et nous fournissent de bons indices. Ainsi, les assises d’un concept trouvent souvent leur origine dans quelques sources d’inspiration comme un article unique, un gout particulier du client ou quelques besoins spécifiques de ce dernier.

La motivation qui précède la sélection d’un progiciel ERP provient habituellement d’un risque ou d’une opportunité. L’entreprise se trouve dans une situation difficile pour diverses raisons reliées à la technologie, à ses processus ou des pressions provenant de l’externe. S’il s’agit d’une opportunité, par exemple une acquisition ou une croissance à soutenir, il n’en demeure pas moins que des besoins spécifiques ont été identifiés.

Comment donc, à partir de ces besoins, pouvons-nous identifier le bon progiciel ERP sans se baser uniquement sur un processus d’appel d’offre structuré?

Nous vous proposons deux méthodes qui s’apparentent à la modélisation effectuée par les designers d’intérieur.

L’analyse des écarts fonctionnels

L’équivalent de quelques échantillons et d’un plan : l’analyse des écarts fonctionnels. Ce document présente, d’une part, les fonctionnalités d’un système qui répondent aux besoins de l’entreprise et d’autre part, les besoins qui ne peuvent être comblés sans personnalisations. Ce livrable doit aussi quantifier et budgéter l’effort permettant de pallier aux écarts fonctionnels. Ce livrable fait partie de tout projet d’implantation mais il peut être très profitable de le réaliser avant le démarrage d’un projet.

Le prototypage

Dans certains cas particuliers, par exemple en raison d’un environnement très complexe ou d’un besoin exceptionnel à combler, il peut s’avérer pertinent d’avoir recours au prototypage : la modélisation 3D si populaire à la télévision et chez IKEA.

Le prototypage permet de développer le squelette d’une solution sur mesure et de valider la faisabilité d’une approche.

La preuve de concept

Entre l’analyse des écarts fonctionnels et le prototypage, il y’a la preuve de concept. Cela consiste à utiliser le progiciel dans un environnement contrôlé afin d’exécuter un échantillon transactionnel de manière à obtenir satisfaction quant à son habileté à supporter les processus et procédures de l’entreprise. Cette approche s’apparente aux tests de validation intégrés, souvent appelés les tests bout-en-bout, mais elle est mise en œuvre en amont plutôt qu’en aval du projet de déploiement.

Bien cordialement, Sylvain